Actualité

Témoignage de Léa et Maxime en Estonie !

Témoignage de Léa et Maxime en Estonie !

Bonjour tout le monde !

En ce début d’année 2022, le secteur international voulait faire un retour sur les derniers volontaires partis avec ipeicc.

Vous trouverez leurs témoignages et leurs retours d’expérience au fil de la semaine alors restez connecté pour les suivre !

Le premier témoignage est sur Léa et Maxime en Estonie pour un volontariat sur la protection de l’environnement.

Si comme ces jeunes vous avez entre 18 et 30 ans et que vous souhaitez participer aux missions de volontariat du Corps Européen de Solidarité n’hésitez plus contactez-nous !

4 MOIS POUR DÉCOUVRIR L’ESTONIE

Aloha ! Je m'appelle Léa Melisse, j'ai 19 ans et je suis en mission de volontariat pour une durée de 4mois en Estonie en partenariat avec ELF. j'ai eu la chance de pouvoir intégrer un corps européen de solidarité́ grâce à un organisme Français nommé IPEICC.

J'ai choisi d'intégrer ce projet, car je voulais faire quelque chose d'utile pour la nature, ainsi que pour moi-même et également voyager dans un pays que je ne connaissais pas ; l'Estonie remplissait donc tous les critères. Je vais donc vous faire part de mes expériences tout au long de mon voyage ! J'étais accompagnée d'un compatriote durant ce voyage : Maxime que je laisse se présenter.

Bonjour ! je m'appelle donc Nicolas Maxime, j'ai 20ans et tout comme Léa je suis en mission de volontariat pour les 4 prochains mois et je vais également vous raconter mes folles aventures dans ce pays ! alors je vous dis à très vite pour nos prochaines aventures !

Metsis , Teder et Lannapuu
 

La mission était de trouver des traces de leur présence dans la forêt afin que le premier soir nous apprenions tout sur eux pour pouvoir les trouver dans la forêt.

 Après cela, ils nous ont donné́ une zone sur une carte et le lendemain, nous sommes allés dans la région et l’explorer autant que possible.

Donc, le premier jour d’exploration, le matin, nous avons vu un bébé racoondog ! Il était si mignon, mais comme il avait peur, nous sommes partis. Puis nous continuons notre exploration et nous avons fini par entendre quelque chose, je ne m’en étais pas rendu compte au début, mais ça devait être un bébé ours, donc je suis allé aussi loin que j’ai pu.

Puis nous avons vu ensemble des empreintes de nombreux animaux, élan, ours, donc à partir de ce moment nous savions qu’il y avait des ours autour !

Nous avons continué́ à bouger et finalement nous avons trouvé́ une plume d’une femelle Metsis ! C’est tout ce qu’on a trouvé́ sur les oiseaux le premier jour, même si c’était vraiment une journée intense. Le deuxième jour, la zone était vraiment humide et ne convenait pas aux oiseaux, mais nous avons quand même trouvé des excréments de Metsis !

Et le dernier jour, qui était le dernier jour de congé́, sur le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés au grand lac qui sépare l’Estonie et la Russie, nous avons été impressionnés parce que nous ne pouvions pas voir l’autre côté donc il ressemblait à la mer !

Ce camp était vraiment une expérience incroyable, marcher dans la forêt estonienne et être en mesure de voir les ani maux et toutes les différentes zones était vraiment agréable!

Balsamine de l’Himalaya (Verev Lemmalts)

Ce camp était au sujet des Balsamine de l’Himalaya nous avons dû enlever cette plante envahissante dans zone spécifique, quand nous sommes arrivés, nous avons pris un certain temps pour en parler pour pouvoir la reconnaître dans la forêt.

C’était drôle au début parce que nous ne réussissions pas à en trouver puisqu’il y avait beaucoup d’autres plantes qui y ressemblaient, donc nous étions perdus.

Mais quand nous avons commencé́ à les voir entre les autres usines tout allait bien, nous avons enlevé tellement d’entre elles. Ce camp était vraiment agréable principalement parce que nous pouvions voir directement l’impact de ce que nous faisions, donc c’était bon pour la motivation.

C’était un camp court, le dernier soir nous avons essayé́ un sauna fumé qui est très commun en Estonie.

La différence entre un sauna fumé et un sauna régulier est qu’ils chauffent les pierres 5/6 heures avant le début du sauna, juste avant de commencer ils ouvrent la porte pour laisser toute la mauvaise fumée sorJr et puis vous pouvez commencer.

Il fait moins chaud que d’habitude mais la chaleur est bien meilleure, ils prennent aussi des branches d’arbres avec des feuilles, ils les mettent ensemble et, alors qu’ils sont nus, se frappent pour faire ressortir les mauvaises choses et les pensées, pour que le meilleur peut entrer, c’est aussi très bon pour la circulation sanguine.

Quand nous avions trop chauds à cause du sauna nous allions dans le lac qui était à côté pour nous rafraîchir, c’était une expérience amusante.

L’ile de MUHU

Nous sommes allés sur l’île de Muhu, c’était assez fou parce qu’avant de commencer à travailler nous allions en tracteur vers l’île où se trouvait le lieu de travail ; pendant l’été il n’y a pas beaucoup d’eau, le chemin est donc accessible. Pour le travail que nous avons dû couper les petits arbres pour les enlever avant qu’ils ne deviennent trop gros.

Il y avait près de cet endroit toute une zone protégée pour les aigles, et nous devions essentiellement couper ces arbres pour laisser la zone ouverte et aérée afin que ces aigles puissent
chasser.

Sur l’île, il y avait des chevaux sauvages qui couraient partout sur l’île , nous les avons vus de loin, mais c’était génial de penser que ces chevaux étaient libres comme cela.

Nous avons aimé́ ce camp parce que l’endroit était incroyable !

Le dernier jour, nous sommes allés sur une falaise et nous avons pu voir la mer avec des vaches faisant leur vie librement, nous ne nous attendions pas à voir des vaches marcher dans la mer, c’était vraiment très beau.

Triton crêté (Northern crested newt)

Ce camp était un camp international, je suis allée seul à ce camp et maxime est resté à Tartu.
Notre lieu d’hébergement était à côté de Voru dans cette belle maison!

Il y avait des gens de nombreux pays : Belgique, Russie, Espagne...

Notre mission dans ce camp était de restaurer les marécages pour sauver une espèce de salamandre appelée "tritons à crête » :

Cette espèce a besoin de paysages ouverts parce qu’elle ne peut pas sauter. Certaines personnes ouvraient le paysage en coupant les arbres autour des marécages, tandis que d’autres allaient dans l’eau pour enlever de nombreuses plantes.

Et pour finir nous brûlions ces arbres et ces plantes.

L’île de Manija

Nous étions sur une autre île : Manija. Nous devions nettoyer une zone avec des faux, afin que les grenouilles puissent avoir des paysages ouverts et vivre ici. Nous avions un scientifique avec nous, sa spécialité était les grenouilles !

Cette île était complètement folle, le temps changeait toutes les heures, il faisait beau et chaud, une heure plus tard c’était une énorme tempête et une énorme quantité de pluie ! A cause de ces intempéries, la zone changeait beaucoup. 

Les gens du coin préparaient les repas pour nous et c’était gentil de leur part !

 Nous avons apprécié́ ce camp parce que nous avons vu directement l’impact de notre travail et nous savions exactement pourquoi nous le faisions grâce à la scientifique !

Mires à Feodori

Nous avions un camp d’une journée seulement dédié à la construction de mires. Nous avons ravaillé avec les ministres de l’Environnement de l’Estonie.

La restauration des bourbiers est très importante. En effet, les mires sont les paysages les plus anciens d’Estonie et les écosystèmes irremplaçables qui fournissent des habitats à diverses espèces d’oiseaux et de plantes et régulent le stockage du carbone.

L’industrie, la foresterie et l’agriculture modernes ont exposé́ les tourbières au drainage, ce qui dirige et favorise l’écoulement de l’eau hors du bourbier et dégrade l’écosystème. La fermeture du réseau de drainage est l’activité primordiale pour la restauration des terres humides.

Le chantier était au milieu du mire et il n’était pas accessible en voiture, pour le coup, nous avons dû marcher environ 1-2 km jusqu’au site, et avons transporté́ tout l’équipement de travail. Nos principaux outils sur les chantiers étaient des pelles, que nous utilisions pour creuser afin par la suite de construire les barrages.

NOTRE NEWSLETTER
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à notre newsletter est confirmée.

Peuple et Culture
Association de Jeunesse et d’Éducation populaire

i.PEICC lutte contre l’exclusion sociale, professionnelle et culturelle à travers le développement d’une citoyenneté active.

Peuple et Culture développe des démarches d’éducation populaire, favorisant l’éducation critique, l’autonomie, l’ouverture culturelle et interculturelle, la transmission des savoirs, le goût de l’expression et de l’action collective, de la créativité et du vivre ensemble.
www.peuple-et-culture.org

© 2022 i.PEICC
We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.