Actualité

Justus, Jeune allemand Volontaire Européen à ipeicc de octobre 2022 à juin 2023

Vous avez déjà pu découvrir dans mon dernier texte ce qu’on fait pendant un volontariat chez Ipeicc et mon avis sur cette expérience ou sur Montpellier. Maintenant que j'ai terminé mon volontariat, j'aimerais essayer de vous aider à prendre une décision si vous n'êtes pas sûr de vouloir faire un volontariat à l'étranger.

Je ne peux que vous conseiller : "just do it".
Pourquoi je vous le conseille ?
Le développement personnel que j'ai acquis grâce à mon séjour en France n'est comparable à rien d'autre. C'est pour moi la chose la plus importante et la meilleure que ce volontariat m'ait apportée.

J'ai appris à mieux me connaître et ce qui est important pour moi dans la vie, j'ai développé de nouveaux traits de caractère et j'ai reçu de toutes nouvelles impressions de toutes nouvelles personnes qui m'ont durablement changé.

Même si c'était le plus important pour moi, cela ne veut pas dire que c'est la seule chose que j'ai apprise pendant mon séjour.

J'ai pu apprendre une langue qui m'était totalement étrangère, de telle sorte que je puisse parler normalement dans cette langue. J'ai pu nouer des amitiés qui dureront probablement toute ma vie. J'ai pu découvrir de nouveaux points de vue sur la vie et la société. J'ai pu explorer une nouvelle culture et de nouvelles coutumes à travers un nouveau pays.


Vos regards avec ceux de nos jeunes artistes

Vos regards avec ceux de nos jeunes artistes

Le 21 juin 2023, nos jeunes artistes de la première saison à "temps plein" du Parcours Art Ensemble ont été invités à vous présenter leurs créations personnelles.

Nous tenons à les féliciter pour cette performance à leur retour de leur dernier séjour du programme tripartite avec l’OFAJ, cette fois en Pologne. En effet les temps se sont suivis de façon très rapprochée ! Mais ils ont su s’organiser, trouver les solutions et surtout mettre en scène leurs magnifiques œuvres en tirant profit de leurs expériences accumulées cette années.

Vous êtes venus nombreux pour les rencontrer et découvrir cette exposition dans nos locaux. En parallèle étaient présentées les tentures réalisées par Célia Picard et Hannes Schreckenscberger, duo de plasticiens en résidence depuis deux mois à nos côtés, et les œuvres communes conçues et réalisées avec les participants d’ateliers ou encore du workshop au MO.CO. ESBA. Cette résidence Paillade Contemporain est en partenariat avec le MO.CO., nous remercions ses équipes présentes lors de cet évènement. Ainsi les jeunes artistes ont bénéficié des regards sur leurs réalisations de ces professionnels du champ de l’art contemporain.

Jeanne (Instagram : jeannedelandre ) nous a projeté son très sensible court-métrage librement inspiré du roman graphique "Corps vivante" de Julie Delporte, dessinatrice et cinéaste québécoise. La file d‘attente, à l’entrée de la petite salle, se renouvelait intensément !

Cette projection était suivie d’une vidéo de Lucile (Instagram : lucilemolinet ) qui nous orientait ensuite sur l’espace musical qu’elle avait mis en scène autour de ses compositions au piano et de son univers graphique qui prônent la véracité et l’instantanéité de ses questionnements et de ses emportements émotionnels, et refusent de se plier à la règle.

La partie graphique se poursuivait dans le Tiers Lieu Culturel, avec les 4 grandes planches d’illustrations narratives de Nino (Instagram : floris_onin) accrochées aux cotés de recherches et d’un magnifique leporello.

Justus présentait des résultats d’activations d’ateliers entre imagination et sciences auprès de différents publics, comme il s’orientera, à son retour à Berlin après cette année à nos cotés, vers des études en psychologie.

Raphaël, à quant à lui présenté une sculpture en bois brut, dans la veine de l’artisanat utilitaire japonais, accompagnés des croquis de ses recherches au graphisme tout en finesse.

Pour l’occasion un duo s’est formé entre Aziliz et Zawadd. Aziliz a créé des cagoules très amusantes, colorées et surprenantes. Et Zawadd a adapté des recherches de styliste pour les tenues qui accompagneraient ces cagoules. Ambiance garantie !

Leurs linogravures réalisées lors de notre Fête de L'Estampe était présentées aussi. D'autres ateliers de gravures sont à venir !

Salomé s'est tournée depuis quelques semaines vers sa pratique du graffiti, sa tenture était présentée. Viola a pris son envol, avec ses talents de musicienne et chanteuse, vers une école de chant au Canada.

Nous profitons de cet article pour remercier l’ensemble de ces jeunes artistes, très agréables et engagés, au fil de cette année 2022-23. Ils ont su mener à bien les nombreuses missions sur lesquelles ils ont été impliqués. Nous n’avons pas pu en rendre compte au quotidien tant le programme était réjouissant et dense, en leur compagnie. Bravo à eux ! nous sommes fières de les avoir avoir accompagnés sur ce petit bout de chemin.

Et nous vous remercions toutes et tous pour votre intérêt lors de cette belle journée estivale partagée !

Favoriser une alimentation de qualité en quartiers populaires

Favoriser une alimentation de qualité en quartiers populaires

Le 22 juin dernier a eu lieu à l’espace Gisèle Halimi l'Assemblée plénière de l'Université Citoyenne sur la thématique de l’alimentation : il était question notamment de l’alimentation de qualité en quartiers populaires. Une  vingtaine d’habitantes (quasi exclusivement des femmes résidant en QPV) s’est mobilisé pour discuter avec Mme Marie Massart, adjointe au Maire de Montpellier et déléguée à la politique alimentaire, et avec Mme Pauline Scherer, sociologue-intervenante et co-fondatrice de l’association Vrac & Cocinas.

Ce temps d’échange a permis aux participantes de faire remonter leurs observations : très peu d’enseignes de qualité dans le quartier, beaucoup de fast-food, des magasins de proximité très chers et à l’inverse des produits très bon marché aux Halles, surconsommation générant énormément de gaspillage. Les invitées ont quant à elles exposé les initiatives mises en place à Montpellier : groupement d’achat de produits bio/locaux à la Mosson (mis en place par Vrac & Cocinas), Caisse alimentaire commune en phase de test, restauration scolaire à moindre coût pour les familles les plus modestes.

Cette rencontre témoigne d’un intérêt croisé pour cette thématique, de la part des habitantes, des politiques publiques et du monde de la recherche. L’Université Citoyenne poursuivra donc le cycle qui y est consacré à la rentrée.

Rencontre avec Henri Quatrefages

Rencontre avec Henri Quatrefages

Mardi 16 mai , nous étions douze  : bénévoles, salariés, volontaires, pour partager la lecture de l’ouvrage d’Henri Quatrefages « COINCIDENCES » , regard auto-biographique sur  plus de quarante années d’engagement dans le quartier de la Paillade.

On y a parlé, beaucoup échangé avec l’ancien instituteur et président de l’UFOLEP. Quand vient le temps de se demander , après tant d’années passées avec les  jeunes, les habitants : qu’est-ce qui vient de moi dans ce qu’ils sont devenu.es ? Qu’est-ce que j’ai transmis sans même m’en rendre compte ?

De multiples sujets de réflexion surgissent , à la lecture de ce récit dense et truffé d’anecdotes pas si anecdotiques que cela…

C’est par exemple le fait que les enseignants n’habitent plus depuis longtemps le quartier et  que cela a changé le lien avec les parents, alors  qu’on peut leur reconnaître le droit à vouloir prendre de la distance avec leur environnement professionnel.

C’est le fait que les associations ont été poussées à passer d’une logique de subvention( basée sur un projet dont elles restaient maitresses) à une logique de prestation ( basée sur une commande de l’institution auxquelles elles se conforment) .

C’est la logique de production  d’un   « vivre ensemble » qui fait semblant d’ignorer que ,  la con-vivialité c’est aussi ( et surtout) apprendre à « faire ensemble » (Cf Ivan Illitch).

Aussi,  lorsqu’on  lance des projets « pour » les habitants et que cela fait « flop » parce que ces derniers n’adhèrent pas à la proposition, qu'on on en vient à se demander si , en tant qu’ intervenants professionnels,  on est  à la bonne place pour engager la participation...

A cela notre auteur et praticien du quartier au long cours, répond que toutes les énergies sont bonnes à proposer dans un quartier comme la Paillade. Que si l’on  on ne réussit pas à chaque fois, le plus important reste de se poser les bonnes questions ! Les habitants ne viennent pas ?  C’est quand même l’expression de quelque chose : à nous de trouver de quoi il en retourne…et de retourner vers eux, inlassablement.

De la médiation à la pratique, et la rencontre artistique

De la médiation à la pratique, et la rencontre artistique

Les personnes du Club de l'Age d'Or de La Mosson sont venus dans nos locaux ! Auparavant nous les avions conviés à l'exposition de peinture Immortelle, de notre partenaire le MO.CO. Panacée, pour une visite médiatisée par les jeunes du Parcours Art Ensemble.

Cette fois, elles sont venus pour poursuivre joyeusement nos échanges du coté de la pratique. Nous avions conçu en conséquence un temps autour de la peinture. Ici nous avons choisi la gouache, après des esquisses à la craie sèche. Nous avons tiré nos inspirations des enluminures et des végétaux lors de la visite du potager de notre cours intérieure.

Les artistes en résidence Paillade Contemporain à i.PEICC, Célia Picard et Hannes Schreckenscberger, ont présenté leur parcours commun. Les participants ont découvert des exemples de leurs tentures en laine feutrée. Les artistes ont suivi et guidé l'évolution des créations.

Une des personnes nous a lu un de ses poèmes, un moment fort.

A la sortie, nous avons pris un temps de présentation libre autour des tentures réalisées par les jeunes lors du dernier workshop au MO.CO. Esba (École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier) aux cotés des mêmes artistes.

Les jeunes ont gardés des thématiques d'inspirations proches pour leur temps de création libre dédié à la linogravure un peu plus tard. A suivre !

Nous remercions Leila du Club de l'Age d'or Barron Celli pour la bonne coordination de ces précieux moments culturels intergénérationnels, et artistiques !

IRTS : la précarité des jeunes en question

IRTS : la précarité des jeunes en question

Quand le manque de « moyens » devient un stress permanent pour manger, se déplacer, étudier, quand on renonce même à une partie de sa vie sociale , à sortir boire une verre avec des potes…

Le thème de  « la précarité des jeunes » choisi en début d’année par les étudiants en service social, a sucité un vif intérêt dans les murs de l’IRTS  ce jeudi 29 juin.

Formé.es par iPEICC à l’organisation de cette Université Citoyenne, les étudiant.es sont parvenus à mobiliser 60 personnes ( collègues de promo, professionnels, bénévoles d’associations, personnes extérieures)  et à animer les débats avec beaucoup de maîtrise.

Même si on a pu regretter l’absence de représentants institutionnels et politiques indisponibles à cette date, la journée a suscité de nombreux échanges.

Diverses  attentes ont été formulées , principalement en lien avec les conditions dignes pour étudier

-élargir le versement des bourses aux mois d’été quand la scolarité se poursuit

-calculer le montant des bourses au réel ( et non pas sur les revenus n-1)

-étalement du règlement des frais d’inscription : c’est possible, le faire savoir !

-vers un revenu universel étudiant ? ( le modèle Suédois est-il applicable en France ? )

Ce fut aussi l'occasion d'un appel à ce que les étudiant.es se mobilisent par eux –même ,  comme c’est le cas dans des Universités,  pour faire remonter leur parole dans les instances qui les représentent , en rappelant au passage que Crous est  lui –même  issu d’initiatives d’associations étudiantes au début du XXème siècle .

Les Associations invitées - et qui lancent des appels au bénévolat jeunes ou moins jeunes ! - ont présentées leurs modes d’action pour soutenir les jeunes :  

Le Syndicat Etudiant SCUM

Le Secours Catholique

Equipage Solidaire

L’AFEV

Les  acteurs associatifs constatent :   « on ne nous  connait pas tant que ça alors qu’on agit en nombre  sur le même terrain de la lutte contre la pauvreté et pour l’insertion des jeunes ». Le besoin d’information à destination des jeunes est criant : « Si vous sentez un camarade, ami, en difficulté pour évoquer ses problèmes financiers, allez vers lui, donnez lui les contacts des associations, des services sociaux… ».

Un exercice d’animation de la prise de parole  qui devrait être utile aux jeunes étudiant.es, tant en qualité de futur.es professionnel.les du travail social que de citoyen.nes amené.es à intervenir dans le débat public s'engager dans  des initiatives solidaires.

Cette collaboration entre Ipeicc et l’IRTS sera renouvelée à la rentrée 2023-2024.

 

Le stage découverte de Jinane

  Je m'appelle Haddouti Jinane, j'ai 19 ans et je suis en première année de BTS économie sociale et familiale (ESF) au lycée Turgot. Et est actuellement en stage chez I.PEICC dans le cadre de mes études et pour une durée de 6 semaines.

J'ai été invitée par l'association à visiter le 22e étage de la tour d'Assas, ainsi que sur le toit. Nous nous sommes retrouvés avec une trentaine de personnes ( salariés, bénévole, habitant du quartier, etc.…) ce samedi à 15 heures au pied de la tour, j'ai ressenti une certaine excitation mêlée à une pointe de nostalgie. Par petits groupes, nous avons pris l'ascenseur jusqu'au 22e étage. Arrivés, tous les appartements étaient ouverts et complètement métamorphosés par les habitants et les enfants du quartier.


En pénétrant dans les différentes pièces, j'ai été frappée par l'émotion qui se dégageait de chaque recoin. Des traces, des mots, des dessins et des photos tapissaient les murs, témoignant de l'histoire de cet endroit emblématique. Cependant, une œuvre en particulier a profondément marqué mon esprit. Dans une chambre, un mur était recouvert de regards, uniquement les yeux de plusieurs dizaines de personnes. Chaque regard était unique, singulier et porteur d'émotions. Dans le contexte où la tour d'Assas s'apprête à être détruite, cette œuvre m'a profondément émue. En lisant ces regards, j'ai pu ressentir toute leur intensité, et cela a été mon œuvre préférée de l'exposition.

Après cette visite intérieure, nous avons également eu la chance de monter sur le toit de la tour. La vue qui s'offrait à nous était à couper le souffle. En tant que résidente du quartier de la Mosson et de la Paillade, je n'avais jamais eu l'occasion de contempler mon environnement sous cet angle. J'ai découvert un quartier vivant, dynamique, où j'ai revu mon enfance et des souvenirs qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire.

Le Projet «  Permis d’imaginer » est bien plus que de  simple expositions éphémère. Il est le symbole d'une communauté qui se mobilise, d'une histoire partagée et de souvenirs qui se transmettent de génération en génération. Cette initiative unique a permis à de nombreux habitants de dire adieu à leur passé, à leur enfance, tout en célébrant la richesse de ce quartier.

Cette visite m'a profondément marquée. Elle m'a rappelé l'importance de préserver notre patrimoine culturel et social, de valoriser nos racines et de nous impliquer activement dans notre communauté.

Témoignage de Pauline, de retour d'un Volontariat (Corps Européen de Solidarité) en Turquie !



Retour sur 6 mois à Gaziantep…

Je m’appelle Pauline et j’ai 21 ans et je reviens de 6 mois de volontariat à Gaziantep, dans le sud de la Turquie.

Notre projet était centré sur l’éducation non formelle auprès des enfants et des jeunes adultes, avec des activités principalement autour de l’apprentissage de l’anglais mais aussi de l’art ou l’environnement. C’était la première fois que je travaillais avec des enfants mais mon appréhension est vite partie au fil des activités, je ne dis pas qu’être avec les enfants est toujours évident mais dans notre format d’activité l’idée était vraiment d’un échange horizontal avec eux qui était donc bénéfique pour tout le monde.

J’ai aussi pu bénéficier du support de l’équipe sur place et des internationaux que ce soit dans la préparation des activités ou dans la vie au quotidien ce qui a été un plus durant ces 6 mois. Le travail d’équipe est je pense essentiel dans ce projet, il m’a permis de découvrir de nouvelles méthodes d’éducation, c’est aussi essentiel pour développer un leadership et ne pas avoir peur de se confronter à l’avis des autres tout en étant dans la discussion.

J’ai donc énormément appris et grandi durant cette expérience. De plus j’ai pu découvrir le pays et sa culture en profondeur, tout d’abord j’ai bénéficié de cours de turc ce qui m’a permis de communiquer plus facilement avec les locaux. Et j’ai pu également beaucoup voyager et découvrir les différentes facettes de la Turquie. J’ai découvert un pays magnifique dans lequel j’ai aimé vivre et aimerais y retourner dans le futur.

J’ai aussi eu la chance de vivre en communauté avec une vingtaine de personnes venant d’horizons et de culture, nous avons pu partager de nombreux moments notamment avec des soirées interculturelles (cuisine et culture).

Bien sûr tout n’a pas toujours été facile, notamment avec le séisme qui a touché le sud de la Turquie le 6 février mais nous avons avancé soudés face aux évènements et nous avons réaménagé nos activités pour faire face à la crise (aide au montage de tentes et implantation d’activités avec les enfants dans les camps des zones sinistrées).

Je ne retiens que des choses positives de ce projet, et si c’était à refaire j’y retournerais sans hésiter!

#ipeicc #CorpsEuropeendeSolidarite #gegeed

NOTRE NEWSLETTER
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à notre newsletter est confirmée.

Peuple et Culture
Association de Jeunesse et d’Éducation populaire

i.PEICC lutte contre l’exclusion sociale, professionnelle et culturelle à travers le développement d’une citoyenneté active.

Peuple et Culture développe des démarches d’éducation populaire, favorisant l’éducation critique, l’autonomie, l’ouverture culturelle et interculturelle, la transmission des savoirs, le goût de l’expression et de l’action collective, de la créativité et du vivre ensemble.
www.peuple-et-culture.org

© 2024 i.PEICC
We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.